Vivre à nu: La surveillance au Canada PDF

Même si une attaque sur une chaîne de sécurité bondée à l’heure de pointe sur des personnes attendant d’être contrôlées tuerait ou mutilerait autant de personnes que l’atterrissage d’un avion de ligne, les extrémistes n’ont pas réussi à saisir cette opportunité.


« Nombre de Canadiens savent que les organismes du gouvernement s’adonnent à de la surveillance de masse en utilisant les données téléphoniques et électroniques. Néanmoins, peu d’entre eux sont réellement conscients de l’influence réelle que cette surveillance a sur presque tous les aspects de leur vie quotidienne. Aujourd’hui, nous ne pouvons faire une promenade au centre-ville, assister à un cours, payer au moyen d’une carte de crédit, monter à bord d’un avion ou faire un appel sans que des données soient capturées et traitées. Où cette information s’en va-t-elle? Qui l’utilise? Qui en sort gagnant et qui en sort perdant? Est-ce que le prix à payer pour utiliser les médias sociaux et d’autres moyens de communication électronique est de desserrer notre emprise sur nos renseignements personnels? Au contraire, devrions-nous nous méfier des systèmes qui nous rendent plus que jamais visibles et, par conséquent, vulnérables aux yeux des autres?
Vivre à nu est l’œuvre d’une équipe de recherche multidisciplinaire et explique comment la surveillance s’accroît – pratiquement sans que personne y porte attention – dans toutes les sphères de notre vie. En analysant les principaux moyens employés par le secteur public et le secteur privé pour recueillir, faire le suivi, analyser et échanger des renseignements au sujet des citoyens ordinaires, les auteurs de l’ouvrage ont dégagé neuf grandes tendances dans le traitement des données personnelles. D’ailleurs, collectivement, ces neuf grandes tendances soulèvent des questions pressantes au sujet de la vie privée et de la justice sociale. Cet ouvrage vise non seulement à informer, mais également à changer le cours des choses. Il cible intentionnellement un grand public : les décideurs, les journalistes, les groupes de défense des libertés civiles, les enseignants et, par-dessus tout, les lecteurs du grand public. »

Il y avait un moment de pause, puis une section de la bibliothèque à la. L’agence de santé publique du pays a exposé la division de la maladie lors d’une conférence tenue à Ottawa l’an dernier pour élaborer un cadre fédéral. Cependant, la révolution de genre des années 1960 et 1970 a vu les deux sexes commencer à retarder la formation des familles pour poursuivre leur carrière.-}