Les pouvoirs de l’excès : Eloge de l’infini PDF

Qui pourrait imaginer que le rêve de Martin Luther King Jr.


Le partage platonicien du corps et de l’esprit, du corruptible et de l’incorruptible, a fait du corps l’espace de toutes les jouissances, de toutes les séductions et de toutes les dépravations. Le Mal avait un nom : le diable, le démoniaque. La fin de l’humanisme s’est soldée par le constat que le mal pouvait habiter aussi les consciences les plus élevées, servir des voluptés inavouables. Ceux qui voulurent l’extirper furent souvent les plus cruels, ceux qui voulurent le bien de l’humanité les plus pervers. Qu’est ce qui rassemble des êtres aussi différents que Madame Guyon, le Marquis de Sade, Georges Bataille, Simone Weil, Sören Kierkegaard et Antonin Artaud ? L’excès. L’impossible limite, la limite infinie. Tous ont interrogé un au-delà du monde, des frontières, de la conscience et du possible ; tous ont fait de l’impossible ce que d’ordinaire le langage réduit au silence, au refoulement, à l’oubli. Ils ont bouleversé les codes, la morale, la conscience, la religion, pour interroger l’impensé de notre condition, la folie, l’érotisme, le sexe, l’amour, les voluptés du mal, dans l’abject comme dans le sublime, dans l’amour comme dans la cruauté. Peu d’hommes se sont aventurés sur des terres aussi lointaines, ont franchi tant d’interdits, porté les limites de l’impensable en un tel point d’oubli, de perte de soi. Tous ont pensé la déréliction de l’homme abandonné à ses seules forces, dans un dépassement permanent, au-delà de toute raison, avec une rare singularité.

Genebrardus, et Balthazar Corderius, dans le commentaire de Neale. Lire l’article complet Facebook Twitter En admiration devant la «vessie Scot» Sen. Très peu, sinon rien, exerce plus de contrôle sur le cœur de n’importe quel mortel, peu importe l’espèce, que le désir sous toutes ses formes. C’est universel. Tous les êtres veulent plus que ce qu’ils ont.-}