Le genou de jacques: Singularités et théorie du moi dans l’ uvre de Diderot PDF

Je l’aimais toujours aussi passionnément que possible, mais je l’aimais maintenant plus pour elle-même et moins pour mon propre compte; ou, du moins, je cherchais plutôt le bonheur que le plaisir dans sa compagnie.


Diderot, qui n’a cessé de s’interroger sur la nature des événements et sur les limites du langage, a fini par produire une philosophie des singularités dans laquelle la question du moi occupe une place importante. Cette aventure intellectuelle et artistique constitue l’objet du présent essai. Trois questions l’organisent : Comment dire les singularités ? Qu’est-ce que le moi selon Diderot ? Quel rôle jouent les fictions et la création littéraire dans cette exploration du monde humain ? On découvre ainsi un penseur attentif à la variété des expériences et soucieux de ne pas trahir le réel. Paradoxalement, cette exigence le conduit, après d’autres, à inventer des fictions d’un type particulier, comme Jacques le fataliste, Le Neveu de Rameau ou Le Rêve de D’Alembert.

Il jura que d’Holbach m’aimait de tout son cœur, qu’il fallait lui pardonner sa manière, qui était la même pour tout le monde, et plus désagréable pour ses amis que pour les autres. Une conservation de l’énergie-momentum total détermine le terme cosmologique jusqu’à une constante. Catherine se plaignait qu’il les rendait noirs et bleus.-}