L’identité retrouvée / Rediscovered Identities (Francais-Anglais) PDF

Seulement dans 23% des cas, l’exigence de vie et de travail a été combinée avec la langue.


L’homme du XXIe siècle a de grandes énigmes à résoudre : l’origine de l’univers, de la vie sur terre et de sa propre émergence. Dans cette quête des origines, Elisabeth Daynès occupe une place à part, celle d’une paléo-artiste de renommée internationale, qui se livre avec passion à un travail unique : à l’échelle de plusieurs millions d’années, à partir de vestiges osseux parfois fragmentaires, récréer ces hominidés qui furent pour nous de lointains cousins ou nos ancêtres. Les scientifiques les plus éminents lui apportent leurs précieux concours et les technologies nouvelles lui offrent des outils exceptionnels en matière d’imagerie et de conception assistée par ordinateur.
Ce travail qui mêle recherche scientifique, innovation technologique et démarche artistique permet d’illustrer et de rendre accessible, à un large public, la synthèse des connaissances actuelles sur l’évolution de l’homme. Chaque reconstruction est une théorie à un instant donné, elle permet au public une rencontre insolite, d’éprouver une émotion au travers de ce face-à-face avec ces êtres du passé qui engendre alors une réflexion sur nos origines.
Elisabeth Daynès participe ainsi à une réhabilitation de l’homme préhistorique, trop souvent associé à la bestialité, et présente au public l’image d’une autre humanité.

Bien que sous-développé en Grande-Bretagne contrairement à d’autres pays, le mentorat est une expression moderne de la société civile au travail. Ils devraient plutôt être considérés comme des entités hautement interdépendantes et fluides, dont les cultures ont constamment été redéfinies et créolisées. Même les enfants réunis avec leur famille portaient souvent des cicatrices psychologiques transmises par des expériences de guerre traumatisantes et l’abandon perçu par leurs parents.-}