L’Année du football 1980, numéro 8 PDF

Hartman a également été entraîneur bénévole pour les Bulldogs de 1970 à 1994.


EN HOMMAGE AUX HOMMES DE L’ANNEELES CHAMPIONS D’EUROPER.F.A. : Schumacher ; Kaltz, K. H. Förster, Stielike, Dietz ; Briegel (Cullmann), H. Müller, Schuster ; Rummenigge. Hrubesch, K. Allofs. Entraîneur : Derwall.LES VAINQUEURS DE LA COUPE D’EUROPENottingham Forest : Shilton ; Anderson, Burns, Lloyd, Gray (Gunn) ; McGovern, O’Neill, Bowyer, Mills (O’Hare) ; Birtles, Robertson. Entraîneur : Clough.LES VAINQUEURS DE LA COUPE DES COUPESValence : Pereira ; Carrete, Tendillo, Arias, Botubot ; Solsona, Bonhof, Subirats (Castellanos) ; Saura, Kempes, Pablo. Entraîneur : Di Stefano.LES VAINQUEURS DE LA COUPE U.E.F.A.Francfort : Pahl ; Neuberger, Pezzey, Körbel, Ehrmanntraut ; Lorant, Hölzenbein, Nickel, Borchers (Nachtweih) ; Cha (Schaub), Karger (Trapp). Entraîneur : Rausch.L’EQUIPE DE FRANCEDropsy (Bergeroo, Ettori) ; Battiston (Janvion), Specht, Lopez (Trésor), Bossis (Tusseau) ; Moizan (Petit, Tigana), Christophe (Bathenay, Genghini), Platini (Larios, Rampillon) ; Zimako (Rocheteau, Wagner, Lecornu, Rouyer, Couriol), Lacombe (Pécout, Stopyra), Amisse (Six, Emon). Entraîneur : Hidalgo.LES CHAMPIONS DE FRANCENantes : Bertrand ; Demanes (Desrousseaux) ; Bossis (Bibard), Rio, Michel, Tusseau (Ayache) ; Rampillon, O. Muller, E. Trossero ; Baronchelli et V. Trossero (Touré), Pécout (Aniol), Amisse (Picot).Entraîneur : Vincent.LES VAINQUEURS DE LA COUPEMonaco : Ettori ; Zorzetto, Gardon, Moizan, Vitalis ; Ricort (Milla), Christophe, Petit ; Dalger, Onnis, Emon (Ninot). Entraîneur : Banide.LES FINALISTES DE LA COUPEAuxerre : Viot ; Drouet, Bodji, Lemée, Plissonneau ; Germain, Albaladejo, Marette (Froissart) ; Loukaka, Hammershmit (Helbert), Berthoulous. Entraîneur : Lemée.Nottingham Forest vainqueur de la Coupe d’Europe des Clubs pour la deuxième fois consécutive, Nantes champion de France. Monaco vainqueur de la Coupe de France, on pourrait croire que l’année 1980 a copié sur ses aînées. Ce serait oublier que le foot-ball, s’il s’attache durablement aux noms, ne vit que de nouveautés ; qu’il découvre inlassablement des sentiers, des images et des parfums inédits ; qu’il projette à l’avant-scène de parfaits inconnus, pour peu que ceux-ci aient un peu de talent.En cette année 1980, nous avons eu la confirmation du génie de Maradona, la révélation d’une sélection allemande retrouvée, la divine surprise d’un football français enfin compétitif au niveau européen des clubs, l’offrande d’un plaisir à ne pas bouder par l’Arago d’Orléans.Nous avons retrouvé Laurent Roussey, découvert Thierry Oleksiak et plané (un peu) avec les Verts. Nous avons aimé Sochaux, applaudi Nantes et bien d’autres encore. Nous avons dansé avec Platini, Rep, Henri Michel, Hansi Müller et Trevor Francis.Pour ne rien oublier de cette saison aussi belle (sinon plus) que les précédentes, pour marcher à la découverte de tous ces événements et connaître les secrets des champions, nous avons demandé à Jacques Thibert, une nouvelle fois, de tout nous raconter et de choisir les plus belles photos de l’année. Il nous offre, il vous offre ainsi, le numéro 8 d’une merveilleuse encyclopédie, née en 1973, et qui vivra encore longtemps, n’en doutons pas.L’Année du football 1980, pour tout savoir, et encore mieux apprécier le football que vous aimez.Jacques Thibert est né à Montélimar en 1935. Sportif et footballeur, il a débuté comme pigiste à France-Football en 1956 avant d’y collaborer régulièrement depuis 1960 et d’en devenir le rédacteur en chef.Considéré comme l’un des meilleurs spécialistes de la presse sportive. Jacques Thibert est l’auteur des ouvrages les plus importants parus sur le football, dont la plupart aux Editions Calmann-Lévy. Il est également grand reporter à L’Equipe et assiste à tous les grands événements. Sa connaissance du jeu et des hommes, son sens critique et sa plume alerte lui donnent une audience indiscutée.

Le porteur de ballon Roscoe Coles a effectué un touché de 89 verges et le quart-arrière Phil Rogers a lancé pour un touché et a couru pour un autre pour mener l’offensive technologique. L’héritage de Tway a continué à l’OSU lorsque le fils de Bob, Kevin, a joué pour les Cowboys. Élu au Temple de la renommée du football canadien en 1977, Tommy Joe s’est joint au mur d’honneur des Eskimos en 1988.-}