L’Age d’Or hollandais : De Rembrandt à Vermeer avec les trésors du Rijksmuseum PDF

Il sera rouvert au public dans quelques années, entièrement renouvelé, offrant un aperçu de l’art et de l’histoire hollandaise du Moyen Âge au XXe siècle.


Les artistes hollandais ont peint la vie quotidienne avec tant d’intensité et de talent qu’aujourd’hui encore, la perception que nous avons de ce pays, de ses coutumes et de sa vie sociale porte la marque indélébile de leurs représentations. Dans ces intérieurs hollandais ordinaires mais bien tenus, nous accompagnons du regard de jeunes servantes en train de vaquer à leurs tâches quotidiennes ou une mère s’occupant de son enfant.

Ailleurs c’est un artisan dans son atelier, totalement absorbé dans son travail, ou encore de riches marchands hollandais posant devant leur manoir de campagne, loin des villes surpeuplées.

Leur mode de vie raffiné contrastait vivement avec les scènes habituelles où l’on voyait des paysans s’enivrant et banquetant dans des tavernes villageoises. Les peintres de l’âge d’or ne se contentaient pas de représenter le directeur de la Compagnie hollandaise des Indes orientales (Verenigde Oostindische Compagnie, abrégé en VOC) ou le bourgmestre (maire), comme des individus à part entière ; ils accordaient la même attention au portrait d’une femme vendant ses marchandises sur le marché, ou à celui d’un tailleur et l’épouse de celui-ci. Ce livre n’a pas seulement pour but de présenter les meilleurs artistes hollandais du dix-septième siècle ; il nous fait aussi pénétrer à travers leurs yeux dans le monde où ils vivaient.

Par exemple, le célèbre maître peintre Frans Hals vécut la plus grande partie de sa vie à Haarlem et peignit son meilleur travail en ville. La richesse bourgeoise retrouvée spectaculaire a signifié que des millions de peintures ont été commandées, souvent des portraits ou des paysages, plutôt que l’imagerie biblique romancée qui avait dominé la Renaissance italienne. La famille a pris la peinture sans cadre de Cuyp avec eux alors qu’ils traversaient la France et l’Espagne pour finalement atteindre le Brésil et, en 1940, les États-Unis.-}