Gestes d’amour et de guerre : La Jérusalem délivrée, images et affects (XVIe-XVIIIe siècle) PDF

Peu de juifs américains très performants consacrent beaucoup de temps dans leur semaine à être juifs.


Poème épique chrétien, La Jérusalem délivrée du Tasse (1582) est aussi un répertoire d’images-affect transposées en peinture, en musique, dans la danse et dans le théâtre, partout en Europe. Dans le poème, l’amour et la guerre s’entremêlent. Les chevaliers chrétiens soupirent pour les guerrières musulmanes, les hommes se féminisent, les femmes se déguisent en hommes pour se battre. Les œuvres analysées ici interprètent à leur façon le poème et l’enrichissent de nouvelles dimensions propres à l’image peinte, au geste dansé, à la présence effective des acteurs sur la scène. Entre parole écrite, geste peint, performance théâtrale et pas de danse, l’auteur tisse un réseau d’échanges, qu’il étend en dehors du champ restreint de l’art, en étudiant ses implications politiques dans la vie rituelle de la cour. Le livre analyse la production d’images poétiques, picturales et gestuelles issue de quatre épisodes du poème du Tasse. Il propose une nouvelle approche intertextuelle et herméneutique, une analyse de la culture à travers les échanges entre l’écrit, les images et les gestes, susceptible d’enrichir et de remplacer, pour partie, l’approche désormais classique du rapport entre peinture et poésie dans la culture humaniste. Les tableaux de Poussin, des Carracci, de Guercino, de Domenico Tintoretto, de Tiepolo et de nombreux autres peintres moins célèbres éclairent aussi l’intelligence figurative des formes actuelles de la différence sexuelle et du lien ambigu de l’affect au pouvoir. Ces hybridations sexuelles et culturelles tissent des correspondances subtiles avec notre condition actuelle.

Faites attention et respectez leurs sentiments. 2. Ils ont besoin de leur temps seul pour recharger. Laissez de côté le fait que les poèmes du supposé Ossian étaient. Engagé, vaste et original, London Art Worlds fournit une perspective nécessaire sur la culture visuelle de la scène artistique londonienne dans les années 1960 et 1970.-}