Douleurs animales en élevage PDF

De nombreuses maladies font que les chiens présentent une combinaison caractéristique de symptômes, ce qui peut être un signal clair que votre Cardigan Welsh Corgi a besoin d’aide.


Souris de laboratoires, chevaux de cirque, animaux d’élevage, chiens ou chats maltraités… l’opinion publique est de plus en plus sensible aux conditions de vie des animaux. Entre les tenants de l’émancipation animale qui refusent toute exploitation des animaux, les partisans d’aménagements pour améliorer leurs conditions de vie et les filières de production qui mettent en avant leurs contraintes, le dialogue est difficile.

En 2008 les Rencontres nationales animal-société, sur le modèle du Grenelle de l’environnement, réunissaient professionnels, scientifiques, élus, pouvoirs publics et associations. Le besoin de clarifier la notion de douleur chez les animaux s’est retrouvé au coeur du débat. C’est dans ce contexte que les ministères de l’Agriculture et de la Recherche ont sollicité l’Inra pour réaliser une expertise scientifique sur la douleur animale chez les animaux d’élevage.

Comment identifier et mesurer la douleur chez des êtres vivants qui ne peuvent pas la mettre en mots ? Bovins, porcs, chevaux, oiseaux, poissons : tous les animaux sont-ils susceptibles de ressentir de la douleur ? Quelles sont les relations entre pratiques d’élevage et douleurs animales ? Quels moyens existent pour supprimer et soulager la douleur ? Cette expertise, située dans une position d’acceptation du bien-fondé de l’élevage, éclaire ces questions, en pointant les incertitudes, notamment sur la notion de conscience, et les lacunes nécessitant des recherches complémentaires.

La mise en perspective de la question de la douleur animale par les sciences humaines et sociales a montré l’historicité d’un débat dont les termes ont évolué au cours du temps et la propagation de cette préoccupation dans la société au-delà de la confrontation classique entre professionnels et associations de protection des animaux. Les analogies entre les définitions des douleurs humaine et animale ont ouvert un espace inédit à de nouvelles questions sur la capacité des animaux d’élevage à ressentir de la douleur.

Cette expertise scientifique collective a mobilisé des chercheurs de disciplines différentes – sciences de la vie, sciences humaines et sociales. L’analyse repose sur un corpus bibliographique de 1300 articles scientifiques et de rapports internationaux.

Ces chiens épingleraient la proie jusqu’à ce que les cavaliers arrivent. Les propriétaires de plis écossais ont professé leur désir de maintenir cette race en raison de son tempérament. En déléguant des responsabilités d’euthanasie, les superviseurs devraient être sensibles à ce problème.-}