Des mammouths et des hommes : Deux espèces face aux variations du climat PDF

Par exemple, lors d’une sécheresse catastrophique, les animaux restants seraient rassemblés autour des quelques points d’eau restants, devenant ainsi extrêmement vulnérables.


A l’époque glaciaire, en Europe et dans le nord de l’Asie et de l’Amérique, les mammouths et les hommes ont vécu ensemble. Malgré la rudesse du climat, nos ancêtres ont su trouver matière à se nourrir dans l’immensité des steppes que parcouraient alors les bisons, les rennes et les chevaux par millions. Ils ont même développé à cette époque-là des facultés artistiques dont témoignent encore les peintures rupestres et les objets sculptés. Mais le climat s’est réchauffé. La steppe a fait place à la forêt. Le bouleversement du paysage a changé la vie des hommes et des bêtes. Les uns se sont adaptés, devenant éleveurs puis agriculteurs, tandis que disparaissaient les mammouths dont on ne trouve plus aujourd’hui que les os, les défenses et parfois les carcasses telles que les terres gelées de Sibérie les ont conservées depuis des millénaires.

Pendant longtemps, la théorie dominante a épinglé le changement climatique comme le coupable derrière ces disparitions. Si d’énormes troupeaux de mégafaune recolonisent l’Arctique, ils expulseront aussi du méthane, mais moins que le gel de dégel, selon les estimations de Zimov. Le jeu, Sim Earth, a offert une compréhension plus dynamique des interactions, montrant clairement comment un changement de certains aspects du climat ou d’une population affecte les autres plantes et animaux qui partagent la planète.-}