DE L ESPRIT A LA LETTRE PDF

Le sentiment de perdre lentement son identité en tant que nation donne envie de s’accrocher aux traditions encore plus.


La modernité constitue une rupture avec la conception classique de la loi en brisant le lien qui la relie avec toute forme de norme transcendante. Légitimité et légalité se disjoignent, faisant apparaître la possibilité d’une légalité non légitime mais également celle d’une légitimité non légale. Simple recours dialectique, la légitimité cesse alors de correspondre à une norme objective et se trouve réduite à n’être que la simple volonté idéologique de ceux qui n’acceptent pas la loi positive et qui, s’ils sont majoritaires, l’aboliront et y substitueront une autre mieux acceptée. Il n’y a plus d’autre légitimité que la légalité mais dans un ensemble en perpétuelle recomposition. La modernité ayant ainsi porté le soupçon sur la légitimité de l’ordre positif, la crise de la loi se manifeste à la fois par une judiciarisation de la vie politique et par une politisation de la justice. L’hypertrophie législative et son contrôle judiciaire compensent la perte de légitimité. Cette motorisation de la loi aboutit au paradoxe d’une loi impuissante mais omnipotente.

On peut dire que parce que les Blancs ont fait des choses horribles aux Amérindiens, la situation est différente. Par exemple, GE a mis en place une organisation de gestion de projet qui se concentre sur les risques de conformité liés aux grands projets, en réponse à l’acquisition des activités Power and Grid d’Alstom. En effet, il ne leur accorde pas sa miséricorde parce qu’ils le connaissent, mais afin qu’ils le connaissent; ce n’est pas non plus parce qu’ils ont le coeur droit, mais qu’ils peuvent le devenir, qu’Il leur accorde Sa justice, par laquelle il justifie le méchant.-}